Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Investir en Algérie

Conseils et Accompagnemnt aux investisseurs étrangers à l'installation en Algérie : contactez nous via ce site

Englishblogger Englishblogger Map

Visiteurs N°

compteur

Publié par ouada yazid

 Ph : Nesrine

­La Confédération des cadres de la finance et de la comptabilité (CCFC) a organisé, hier, son huitième colloque sur «Le management de l’innovation», au niveau du Centre des affaires de Chéraga. L’événement dédié à une thématique de première importance, dès lors qu’il s’agit d’un défi économique d’actualité, notamment pour l’entreprise, a enregistré la contribution d’éminents professeurs, spécialistes et d’experts nationaux et étrangers issus d’horizons divers, d’universités de renommée mondiale et de la Banque mondiale, entre autres, de diplomates, ainsi que de l’ambassadeur de l’Union européenne à Alger, M. Marek Skolil. Le contexte économique mondial se fonde sur le savoir et la connaissance, deux concepts  intégrés, de fait, dans la stratégie de l’entreprise. Une donne soulignée par les différents intervenants, dont Elizabeth Moore Aubin, premier conseiller à l’ambassade des Etats-Unis, Markus Haas, conseiller commercial de l’ambassade d’Autriche, Yacine Rahmoune, diplômé de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse, qui traiteront des expériences de leur pays en la matière. L’apport de l’innovation à l’économie numérique, l’innovation et productivité dans l’économie algérienne, management de l’innovation dans l’entreprise algérienne figurent parmi les points développés lors de cette rencontre de deux jours qui sera soldée par une série de recommandations en rapport avec l’ordre du jour.


Ainsi, les conférenciers ont ressorti l’importance du management de l’innovation en tant que facteur d’émergence de nouvelles valeurs et solutions adaptées aux exigences et mutations de la conjoncture économique et aux besoins de l’entreprise. L’innovation telle que définie reste étroitement liée à l’utilisation des nouvelles technologies, le recours au savoir et à la connaissance, à la créativité et à la recherche pour le développement des procédés de gestion et de production. C’est une dynamique que les managers d’entreprises doivent inscrire, en permanence, dans leur démarche, dans le sens où les méthodes évoluent constamment au rythme du marché.


Il s’agit également de faire appel à la recherche scientifique, élément incontournable dans l’approche innovation, le défi étant d’arrimer le produit aux normes et standards requis en matière de qualité. Le management de l’innovation est aussi ce passage obligatoire pour atteindre le niveau de compétitivité qui permet à l’entreprise de faire face aux effets de la concurrence, de plus en plus rude. Stimuler l’innovation, l’esprit de créativité et de compétitivité, tels sont, en définitive, les objectifs recherchés. M. Rahmoune, gestionnaire d’entreprise, a appelé, dans ce sens, l’Ansej, à consacrer 20% de ses ressources à la recherche scientifique, notamment dans le domaine de la technologie, ce qui induirait un impact positif sur l’économie algérienne et ouvrirait la voie aux PME/PMI pour l’innovation et la créativité  a-t-il affirmé. M. Rahmoune rappelle, à ce propos, que les PME constituent 80% de l’économie américaine, et qu’elles contribuent dans la dynamique de production. Mme  Elizabeth Moore Aubin, premier conseiller à l’ambassade des Etats-Unis, a, pour sa part, souligné l’importance de la formation comme étant la clé de la réussite de l’entreprise. La liberté de l’initiative, la responsabilisation des travailleurs et l’amélioration de leurs conditions de travail et leurs rémunérations sont d’autres éléments essentiels dans la motivation de la créativité, a affirmé l’intervenante.


D. Akila